Linux repositories inspector

bochsrc(1) - Français

Bochs

man-pages-fr

French version of the Linux man-pages

NOM

bochsrc - Fichier de configuration pour Bochs

DESCRIPTION

Bochsrc est le fichier de configuration qui spécifie où Bochs doit chercher les images disques, comment la couche d’émulation doit fonctionner, etc. La syntaxe utilisée pour bochsrc peut aussi être utilisée sur la ligne de commande de Bochs. Le fichier .bochsrc doit être placé, soit dans le répertoire courant avant de lancer Bochs, soit dans votre répertoire personnel.

OPTIONS

romimage:
Vous devez charger l’image ROM d’un BIOS en F0000-FFFFF. Le BIOS contrôle ce que le PC fait au début lors du démarrage. Normalement, vous pouvez utiliser une image BIOS pré-compilée dans le répertoire bios/, nommée BIOS-bochs-latest.
Exemple :
romimage: file=bios/BIOS-bochs-970717
megs: Mettez ici la quantité par défaut de mémoire en méga-octets que vous voulez émuler. Vous pouvez aussi utiliser l’option « megs:N » sur la ligne de commande de bochs. La valeur par défaut est 32Mo, puisque la plupart des systèmes d’exploitation n’auront pas besoin de plus que ça.
Exemple :
megs: 32
vgaromimage:
Vous pouvez aussi avoir besoin de charger l’image ROM d’un BIOS VGA en C0000.
Exemple :
vgaromimage: bios/VGABIOS-elpin-2.40
floppya:
ou floppyb:
Mettez ici le chemin de l’image d’une disquette ou d’un périphérique. Floppya est le premier lecteur, et floppyb le second lecteur. Si vous démarrez depuis une disquette, floppya doit pointer sur une disquette « bootable ».
Vous pouvez préciser l’état initial du support : éjecté (ejected) ou inséré (inserted).
Exemple :
Disquette 2.88M 3.5" :
floppya: 2_88=path, status=ejected
Disquette 1.44M 3.5" :
floppya: 1_44=path, status=inserted
Disquette 1.2M 5.25" :
floppyb: 1_2=path, status=ejected
Disquette 720K 3.5" :
floppya: 720k=path, status=inserted
diskc:
ou diskd:
Mettez ici l’image disque que vous voulez utiliser comme disque dur. Si vous utilisez bximage(1) pour créer l’image, il vous donnera les informations : cyl, head, et spt requises. diskc est le premier disque dur, et diskd le second.
NOTE : Vous ne pouvez pas utiliser à la fois diskd et cdromd.
Exemple :
diskc: file=10M.i, cyl=306, heads=4, spt=17
diskc: file=112M.i, cyl=900, heads=15, spt=17
diskd: file=483.i, cyl=1024, heads=15, spt=63
cdromd:
Mettez ici le chemin d’accès d’un lecteur de CD-ROM. Il n’y a pas d’option cdromc, seulement cdromd.
NOTE: Vous ne pouvez pas utiliser à la fois diskd et cdromd.
Exemple :
cdromd: dev=/dev/cdrom, status=inserted
cdromd: dev=/dev/cdrom, status=ejected
newharddrivesupport:
Cette option permet le support des gros disques durs, une meilleur reconnaissance des CD, et divers autres fonctions utiles. Vous pouvez mettre cette option à « enabled=1 » (on) ou « enabled=0 » (off). Il est recommandé de laisser cette option à « enabled=1 » à moins de rencontrer des problèmes avec.
Exemple :
newharddrivesupport: enabled=1
boot: Défini le périphérique de démarrage. Vous pouvez démarrer depuis soit « a » soit « c ».
Exemple :
boot: c
log: Donnez ici le chemin du fichier de log dans lequel vous voulez que les informations de débogage entre autres soient écrites. Si vous n’en voulez vraiment pas, faites pointer vers /dev/null.
Exemple :
log: bochs.out
log: /dev/tty (unix seulement)
log: /dev/null (unix seulement)
panic:
Si Bochs rencontre une condition où il ne peut pas émuler correctement, il panique. Cela peut être un problème de configuration (comme une ligne erronée dans bochsrc) ou un problème d’émulation (comme un mode vidéo non supporté). L’option « panic » dans bochsrc indique à Bochs comment réagir en cas de panique. Vous pouvez lui demander de terminer la session avec « fatal », afficher un message sur la console avec « report », ou ne rien faire avec « ignore ».
Le meilleur choix est action=fatal. Si vous obtenez des paniques, vous pouvez essayer action=report à la place. Si vous permettez à Bochs de continuer après une panique, ne soyez pas surpris si vous obtenez des effets étranges ou plantez ensuite. Veuillez rapporter les messages de paniques à moins qu’il s’agisse d’un problème de configuration comme « could not find hard drive image. »
Exemple :
panic: action=fatal
error:
Bochs produit un message d’erreur quand il rencontre une condition qui ne devrait vraiment pas arriver, mais ne mettant pas en danger la simulation. Un exemple d’erreur peut être un logiciel émulé qui produit une commande disque illégale.
L’option « error » indique à Bochs comment réagir en cas d’erreur. Vous pouvez lui demander de terminer la session avec « fatal », afficher un message sur la console avec « report » ou ne rien faire avec « ignore ».
Exemple :
error: action=report
info: Cette option indique à Bochs ce qu’il doit faire lorsqu’un événement qui génère des messages d’information arrive. Vous pouvez choisir « fatal » (Ça ne serait pas très intelligent cependant), d’afficher un message sur la console : « report » ou de ne rien faire : « ignore ». Généralement l’option « report » est un bon choix.
Exemple :
info: action=report
debug:
Cette option indique à Bochs ce qu’il doit faire des messages de débogage. Vous pouvez choisir « fatal » (mais ce n’est pas une bonne idée), d’afficher un message sur la console avec « report » ou de ne rien faire avec « ignore ». En général utilisez « ignore », à moins que vous ne cherchiez à diagnostiquer un problème particulier.
NOTE: Quand action=report, Bochs peut afficher des milliers de messages de débogage par seconde, ce qui peut avoir un impact sur les performances et remplir votre disque.
Exemple :
debug: action=ignore
sb16: Cette option définit l’émulation des cartes son SB16 Elle peut avoir plusieurs des propriétés suivantes. Toutes les propriétés ont ce format :
sb16: property=value
PROPRIÉTÉS POUR sb16:
midi:
Le nom du fichier où les données midi sont envoyées. Ça peut être un périphérique ou un simple fichier si vous voulez enregistrer les données midi.
midimode:
0 = Pas de données en sortie.
1 = Sort sur le périphérique (dépend du pilote du périphérique).
2 = Fichier SMF, incluant les en-têtes.
3 = Envoie le flux midi dans le fichier (pas d’en-tête midi et pas d’intervalle de temps, seulement les commandes et les octets de données).
wave:
Il s’agit du périphérique/fichier dans lequel la sortie wave est envoyée.
wavemode:
0 = Pas de donnée en sortie.
1 = Sort sur le périphérique (dépend du pilote du périphérique).
2 = Fichier VOC, incluant les en-têtes.
3 = Envoie le flux wave brut dans le fichier.
log:
Le fichier dans lequel les messages de l’émulateur sb16 sont écrits.
loglevel:
0 = Pas de message.
1 = Seulement les changements de programmes midi et de bancs.
2 = Erreurs sévères.
3 = Toutes les erreurs.
4 = Toutes les erreurs plus tous les accès aux ports.
5 = Toutes les erreurs et les accès aux ports plus une quantité d’informations supplémentaires.
dmatimer:
Microsecondes par seconde pour un cycle DMA. Diminuez-le pour réduire les sons discontinus. 750000 est habituellement une bonne valeur. Cela demande un réglage raisonnablement correct pour IPS (voir ci-dessous).
Exemple :
sb16: midimode=1, midi=/dev/midi00,
wavemode=1, wave=/dev/dsp, loglevel=2,
log=sb16.log, dmatimer=600000
NOTE: Cet exemple est découpé en trois lignes pour des raisons de formatage, mais doit être sur la même ligne dans le véritable fichier bochsrc.
vga_update_interval:
La mémoire vidéo est scannée pour les changements et l’écran mis à jour toutes les N secondes. La valeur par défaut est 300000, environ 3Hz. C’est généralement amplement suffisant. Gardez à l’esprit que vous devez donner une valeur à la directive « ips: » la plus proche possible du nombre d’instructions par secondes que votre station de travail peut émuler, pour que cette valeur soit exacte.
Exemple :
vga_update_interval: 250000
keyboard_serial_delay:
Temps approximatif en microsecondes que met un caractère à être transféré du clavier au contrôleur à travers le port série.
Exemple :
keyboard_serial_delay: 200
floppy_command_delay:
Temps d’attente en microsecondes avant de terminer certaines commandes du lecteur de disquette comme lire, écrire, chercher, etc, qui prenne normalement un certain temps. Cette option avait une valeur non-modifiable de 50000 dans les versions de bochs précédentes.
Exemple :
floppy_command_delay: 50000
ips: Instructions Par Seconde émulées. C’est le nombre d’IPS que bochs est capable d’exécuter sur votre machine. Vous pouvez recompiler Bochs, en utilisant les instructions incluses dans config.h (dans les sources de bochs), pour trouver la capacité de votre station de travail.
IPS est utilisé pour calibrer un certain nombre d’événements dépendant du temps, dans bochs. Par exemple, modifier IPS affecte la fréquence de mise à jour VGA, le temps d’attente avant l’« autorepeat » d’une touche, la mesure des BogoMips et autres benchmarks.
Exemples de Spécifications[1]
Machine Mips
-------------------------------------------------------------
650Mhz Athlon K-7 avec Linux 2.4.x 2 à 2.5
400Mhz Pentium II avec Linux 2.0.x 1 à 1.8
166Mhz 64bit Sparc avec Solaris 2.x 0.75
200Mhz Pentium avec Linux 2.x 0.5
[1] Les Mips dépendent du SE et des options de compilation en plus de la vitesse du processeur.
Exemple :
ips: 1000000
mouse:
Cette option demande à Bochs de ne pas créer « d’événements » pour la souris à moins qu’une souris ne soit activée. L’émulation matériel elle-même n’est pas désactivée par cette option. Vous pouvez activer la souris avec enabled=1, ou la désactiver avec enabled=0. A moins que vous ayez une raison particulière pour l’activer par défaut, il est recommandé de laisser cette option désactivée.
Exemple :
mouse: enabled=1
mouse: enabled=0
private_colormap:
Demande que l’Interface Graphique crée et utilise son propre système de couleurs. Ce système de couleurs sera utilisé dans la fenêtre de bochs. Si cette option n’est pas activée, un système de couleurs partagé sera utilisé. Une fois encore, enabled=1 active cette option et 0 la désactive.
Exemple :
private_colormap: enabled=1

LICENCE

Ce programme est distribué sous les termes de la licence GNU LGPL (Lesser General Public License) telle qu’elle est publiée par la Free Software Foundation. Voir le fichier COPYING se trouvant dans /usr/local/bochs/@VERSION@/ pour les détails sur la licence et le manque de garanties.

DISPONIBILITÉ

La dernière version de ce programme peut être trouvée à l’adresse suivante :
http://bochs.sourceforge.net/getcurrent.html

AUTEURS

L’émulateur Bochs a été créé par Kevin Lawton (), et est actuellement maintenu par les membres du Projet de l’émulateur x86 Bochs. Vous pouvez voir la liste des membres ici :
http://bochs.sourceforge.net/getinvolved.html

BOGUES

Veuillez rapporter tous les bogues à l’aide du « bug tracker » qui se trouve sur notre site web. Allez simplement sur http://bochs.sourceforge.net, et cliquez sur « Bug Report ».
Donnez une description détaillée du bogue, la version du programme que vous utilisez, le système d’exploitation sur lequel vous avez lancé le programme ainsi que le système d’exploitation que vous avez lancé dans l’émulateur.

VOIR AUSSI

bochs(1), bochs-dlx(1), bximage(1)
Le site de l’émulateur Bochs IA-32 sur internet :
        http://bochs.sourceforge.net

Le guide de démarrage de Bochs pour Linux : /usr/local/bochs/@VERSION@/DOC-linux.html

TRADUCTION

Olivier Marin, 2001.

REFERENCED BY

⇧ Top