Linux repositories inspector

sigqueue(3) - Français

Linux
Aliases: sigqueue(2), sigqueue(2), sigqueue(2), sigqueue(2)

manpages-fr-dev

French version of the development manual pages

man-pages-fr

French version of the Linux man-pages

manpages-dev

Manual pages about using GNU/Linux for development

man-pages

Linux kernel and C library user-space interface documentation

NOM

sigqueue - Enregistrer un signal et des données pour un processus

SYNOPSIS

#include <signal.h>
int sigqueue(pid_t pid, int sig, const union sigval valeur);
Exigences de macros de test de fonctionnalités pour la glibc (consultez feature_test_macros(7)) :
sigqueue() : _POSIX_C_SOURCE >= 199309L

DESCRIPTION

sigqueue() envoie le signal sig au processus indiqué par pid. Les permissions requises pour l’émission du signal sont les mêmes que pour kill(2). Comme avec kill(2), le signal nul (0) peut servir à vérifier si un processus existe avec un PID donné.
L’argument valeur sert à indiquer une donnée (soit un entier, soit un pointeur) qui accompagnera le signal et se présente avec le type suivant :
union sigval {
    int   sival_int;
    void *sival_ptr;
};
Si le processus récepteur a installé un gestionnaire pour le signal avec l’option SA_SIGINFO lors du sigaction(2), il pourra obtenir la donnée dans le champ si_value de la structure siginfo_t passée en second argument au gestionnaire. De plus, le champ si_code de la structure contiendra SI_QUEUE.

VALEUR RENVOYÉE

L’appel sigqueue() renvoie 0 s’il réussit, indiquant que le signal a bien été mis dans la file du processus récepteur. Sinon, il renvoie -1 et errno contient le code de l’erreur.

ERREURS

EAGAIN La limite du nombre de signaux en file a été atteinte (consultez signal(7) pour plus d’informations).
EINVAL sig est invalide.
EPERM Le processus n’a pas la permission d’envoyer un signal au processus visé. Pour les permissions nécessaires, consultez kill(2).
ESRCH Il n’y a pas de processus correspondant au pid.

VERSIONS

Cet appel système est apparu dans Linux 2.2.

ATTRIBUTS

Multithreading (voir pthreads(7))

La fonction sigqueue() est sûre dans un contexte multithread.

CONFORMITÉ

POSIX.1-2001.

NOTES

Si l’appel consiste à envoyer un signal au processus qui l’a invoqué, et si le signal n’est pas bloqué par le thread appelant, et si aucun autre thread ne peut traiter le signal (soit en l’ayant débloqué, ou en faisant une attente avec sigwait(3)), alors au moins quelques signaux seront délivrés au thread appelant avant que la fonction ne revienne.
Sous Linux, l’implémentation de la fonction utilise l’appel système rt_sigqueueinfo(2).Le troisième paramètre de l’appel système diffère, puisqu’il correspond à la structure siginfo_t qui sera fournie au gestionnaire de signal du processus recevant le signal ou qui sera renvoyée par l’appel sigtimedwait(2) du processus recevant le signal. Dans la fonction sigqueue() de la glibc, ce paramètre uinfo est initialisé de cette façon :

uinfo.si_signo = sig; /* Paramètre fourni à sigqueue() */ uinfo.si_code = SI_QUEUE; uinfo.si_pid = getpid(); /* Identifiant du processus émetteur */ uinfo.si_uid = getuid(); /* UID réel de l’émetteur */ uinfo.si_value = val; /* Paramètre fourni à sigqueue() */

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.70 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.
Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <>.
Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».
⇧ Top