Linux repositories inspector

statvfs(3) - Français

Linux
Aliases: fstatvfs(2), fstatvfs(2), fstatvfs(2), fstatvfs(2), fstatvfs(2), fstatvfs(2), statvfs(2), statvfs(2), statvfs(2), statvfs(2), statvfs(2), statvfs(2), fstatvfs(3), fstatvfs(3), fstatvfs(3), fstatvfs(3), fstatvfs(3), fstatvfs(3)

manpages-fr-dev

French version of the development manual pages

man-pages-fr

French version of the Linux man-pages

manpages-dev

Manual pages about using GNU/Linux for development

man-pages

Linux kernel and C library user-space interface documentation

NOM

statvfs, fstatvfs - Obtenir les statistiques d’un système de fichiers

SYNOPSIS

#include <sys/statvfs.h>
int statvfs(const char *path, struct statvfs *buf);
int fstatvfs(int fd, struct statvfs *buf);

DESCRIPTION

La fonction statvfs() renvoie des informations sur un système de fichiers monté. path est un chemin vers n’importe quel fichier du système de fichiers monté. buf est un pointeur vers une structure statvfs approximativement définie comme ceci :
struct statvfs {
    unsigned long  f_bsize;    /* taille de bloc du fs */
    unsigned long  f_frsize;   /* taille d’un fragment */
    fsblkcnt_t     f_blocks;   /* taille du fs en unité f_frsize  */
    fsblkcnt_t     f_bfree;    /* # blocs libres */
    fsblkcnt_t     f_bavail;   /* # blocs libres pour util. ordinaires */
    fsfilcnt_t     f_files;    /* # inœuds */
    fsfilcnt_t     f_ffree;    /* # inœuds libres */
    fsfilcnt_t     f_favail;   /* # inœuds libres pour util. ordinaires */
    unsigned long  f_fsid;     /* identifiant du système de fichiers */
    unsigned long  f_flag;     /* attributs de montage */
    unsigned long  f_namemax;  /* longueur maximum de nom de fichier */
};
Les types fsblkcnt_t et fsfilcnt_t utilisés ici sont définis dans <sys/types.h>. Auparavant les deux étaient des unsigned long.
Le champ f_flag est un masque de bit (des attributs de montage, voir mount(8)). Les bits définis par la spécification POSIX sont
ST_RDONLY
Système de fichiers en lecture seule.
ST_NOSUID
Les bits Set-UID/Set-GID sont ignorés par exec(3).
Il n’est pas indiqué si tous les membres de la structure renvoyée ont un sens quel que soit le système de fichiers.
fstatvfs() renvoie la même information sur un fichier ouvert référencé par le descripteur fd.

VALEUR RENVOYÉE

S’il réussit, cet appel système renvoie 0. S’il échoue, il renvoie -1 et remplit errno en conséquence.

ERREURS

EACCES (statvfs()) Un élément du chemin d’accès path ne permet pas le parcours. (Consultez aussi path_resolution(7).)
EBADF (fstatvfs()) fd n’est pas un descripteur de fichier ouvert valide.
EFAULT Buf ou path pointent en dehors de l’espace d’adressage accessible.
EINTR L’appel a été interrompu par un signal.
EIO Une erreur d’entrée-sortie est survenue lors de la lecture sur le système de fichiers.
ELOOP (statvfs()) path contient une référence circulaire (à travers un lien symbolique).
ENAMETOOLONG
(statvfs()) path est trop long.
ENOENT (statvfs()) Le fichier indiqué par path n’existe pas.
ENOMEM Pas assez de mémoire pour le noyau.
ENOSYS Le système de fichiers ne supporte pas cet appel.
ENOTDIR
(statvfs()) Un élément du chemin d’accès path n’est pas un répertoire.
EOVERFLOW
Certaines valeurs sont trop grandes pour être représentées dans la structure renvoyée.

ATTRIBUTS

Multithreading (voir pthreads(7))

Les fonctions statvfs() et fstatvfs() sont sûres dans un contexte multithread.

CONFORMITÉ

POSIX.1-2001.

NOTES

Le noyau Linux a les appels système statfs(2) et fstatfs(2) pour supporter cette fonction de bibliothèque.
Les implémentations actuelles de
   pathconf(path, _PC_REC_XFER_ALIGN);
   pathconf(path, _PC_ALLOC_SIZE_MIN);
   pathconf(path, _PC_REC_MIN_XFER_SIZE);
dans la glibc utilisent respectivement les champs f_frsize, f_frsize, et f_bsize de la valeur de retour de statvfs(path,buf).

VOIR AUSSI

COLOPHON

Cette page fait partie de la publication 3.70 du projet man-pages Linux. Une description du projet et des instructions pour signaler des anomalies peuvent être trouvées à l’adresse http://www.kernel.org/doc/man-pages/.

TRADUCTION

Depuis 2010, cette traduction est maintenue à l’aide de l’outil po4a <http://po4a.alioth.debian.org/> par l’équipe de traduction francophone au sein du projet perkamon <http://perkamon.alioth.debian.org/>.
Veuillez signaler toute erreur de traduction en écrivant à <>.
Vous pouvez toujours avoir accès à la version anglaise de ce document en utilisant la commande « LC_ALL=C man <section> <page_de_man> ».
⇧ Top